web analytics

Réapprendre à vivre en symbiose

28 août 2017

Par Mylène Gauthier, rédactrice pour Distances+

Symbiose : mot venant du grec combinant ensemble et vivre. La symbiose est une association intime et durable entre deux organismes appartenant à des espèces différentes. C’est une idée forte de sens pour Steven Guilbeault écologiste et président d’honneur de l’Ultra-Trail® Harricana 2017.

«Dans une société comme la nôtre où l’on a un peu perdu le contact avec la nature et où l’on a l’impression de vivre en dehors de celle-ci, il faut réapprendre que l’on fait partie de l’écosystème. On ne peut pas espérer avoir un développement de nos sociétés qui soit prospère si on le fait au détriment des conditions de vie sur terre. Il faut apprendre à vivre de nouveau en symbiose.»

Steven Guilbeault, jeune loup dans la forêt

Né en 1970, à La Tuque en Haute-Mauricie, on raconte qu’il refuse de quitter un arbre dans lequel il a grimpé afin d’interrompre les travaux d’un promoteur immobilier qui abattait un boisé derrière chez lui. «La Tuque, c’est une petite ville au milieu de nulle part. J’ai été élevé au contact de la nature. La forêt commençait juste derrière la maison. Ç’a énormément teinté mon apprentissage de la vie. Je jouais dans la forêt quand j’étais jeune et je pense que c’est resté avec moi, à l’intérieur moi, et que ça a beaucoup influencé la suite des choses.» 

L’éducation et la sensibilisation, comme un ultra-marathon sans fin

Écologiste, conférencier et écrivain, Steven a été cofondateur d’Équiterre, la principale organisation environnementale québécoise. Par la suite, il a travaillé dix ans chez Greenpeace Canada. Depuis 2008, il est de nouveau directeur principal et porte-parole pour Équiterre. Comme un ultra-marathon sans fin, il poursuit sa quête depuis 25 ans afin de faire évoluer les idées sur les changements climatiques. «C’est la question qui m’occupe le plus. J’étais à la première conférence internationale sur les changements climatiques, en 1995. J’étais aussi à l’Accord de Paris en 2015. C’est mon dossier, c’est ce que je suis depuis toujours. C’est là-dessus que je passe tout mon temps à travailler.»

Steven Guilbeault-Fanny Lasselin-2

Un esprit sain, un corps sain, une planète saine

Son amour de la nature s’exprime aussi par la pratique des sports de plein air. Messager à vélo pendant ses études, il se déplace sur deux roues été comme hiver. Randonneur invétéré, il a aussi fait beaucoup de ski dans sa jeunesse. Il pratique maintenant la course à pied et affectionne les courses à obstacles. «Mon endroit de prédilection pour la course à Montréal, c’est le Mont-Royal. J’ai fait des marathons sur route, mais je n’ai pas encore jamais fait de course de trail.» Il prendra un des départs de l’Ultra Trail® Harricana pour vivre sa première expérience de course en sentier. Fébrile, il se doute bien qu’il aura certainement la piqûre pour cette discipline. «Je fais déjà beaucoup de randonnée et j’arrive justement du GR20 en Corse. J’imagine bien que je vais adorer le trail.» 

«Pour moi, l’activité physique ça va de soi. Je m’entraîne 4 à 5 fois semaine. » Comme des mantras, il prône des valeurs de santé globale : Un esprit sain dans un corps sain et dans un environnement sain, de même que bouger et se nourrir sur une planète où il fait bon vivre. « L’activité physique est une belle façon de prendre conscience de l’importance de la qualité de l’air, de préserver nos milieux naturels et d’agir pour sauver la nature, nous rappelle-t-il. »

Vivre une expérience de trail authentique dans la forêt boréale. Courir des chemins au milieu d’une nature brute et sauvage. Parcourir un écosystème riche dans une réserve naturelle protégée par l’UNESCO. On ne doute pas que notre président d’honneur vivra la parfaite symbiose lors de l’Ultra Trail® Harricana 2017.

Nos Partenaires

Présentateurs officiels

Partenaires Principaux

Financiers

Médias

Fournisseurs officiels

Support

Communauté